dimanche 20 novembre 2016

TAP mon cul


Il me disait " Nous, dans les Troupes Aéroportées (TAP), nous avons l'habitude de nous faire larguer sur des zones dangereuses. Une fois au sol, le principal danger vient des jeunes fauves, qui, après avoir dévoré leurs maîtres, s'en prennent aux étrangers qui abordent leur territoire.

Ces bêtes se divisent en trois groupes

- Ceux qui ne savent rien faire, n'ayant rien appris, parce qu'ils ne peuvent rien faire, donc encore moins apprendre à faire, ce qui est logique.

- Les autres, ceux qui ne peuvent rien faire parce qu'ils ne parviennent pas à maîtriser les convulsions de leur corps.

Enfin un troisième groupe rassemble les qualités des deux précédents, le groupe de ceux qui ne veulent rien faire. Ceux là sont les plus intelligents, car ils ont capté toutes les règles du jeu de cache-cache qu'on a mis en place pour les occuper pendant que leurs parents gagnent de quoi payer la voiture pour les déposer à l'école..

Ils veulent, savent et peuvent faire la seule chose qui les intéresse : consommer, selon divers modes. Logique, c'est ce qu'il y a de plus facile et de plus amusant, l'opposé, construire avec effort, étant vraiment chiant. Y'a pas photo.

Un jeu de cache-cache dont les deux seules règles sont extrêmement simples.

Côté animateur :
1 - Il m'est interdit de te forcer à faire ce que tu ne veux pas faire.
2 - Tu ne veux rien faire.

Côté enfant :
1 - A la moindre contrainte, je porte plainte.
2 - Je m'en vais donc t'envoyer des cailloux à la figure.

Les plus doués ont en effet compris que les règles précédentes peuvent se résumer en : " Si, le plus tôt possible, je n'accepte de faire que ce qui me plaît, j'ai gagné la tranquillité à vie ".

En plus, faire ce qui me plaît a un avantage énorme, c'est que j'aime recommencer. J'aime recommencer à manger, à sauter, à courir, à grimper aux arbres ou sur le dos de mes congénères. Donc je fais cela. Quand il fait trop froid, ce qui me plaît, c'est de regarder des dessins animés sur un écran. Je peux parfois même contrôler les personnages.

C'est cool, j'adore regarder des écrans et faire bouger les marionnettes. Je veux bien le faire et je veux bien recommencer.

Le problème pour nous les TAPs, quand on est largués sur une zone, ce sont les drogués. Le drogué ne veut plus rien faire d'autre que consommer sa drogue, il veut y revenir le plus vite possible, et le temps lui paraît long avant la prochaine prise, avant la prochaine partie. Très long.

Alors il saute sur le dos de ses congénères et il brise les vitres avec un bâton. Il casse les vitres, il brûle les voitures, ça c'est amusant, c'est comme dans un jeu vidéo.

Le problème pour nous les TAPs, quand on est largués sur une zone, ce sont donc les drogués. On essaye de les sortir de leur dépendance, mais il faudrait un terrain favorable. Pour sortir un toxicomane de sa dépendance, il faut du temps, beaucoup d'efforts de sa part pour qu'il arrive à ne pas reprendre son produit.

C'est bien aussi que son environnement aie le courage de refuser de lui en donner.

Nous, dans les TAPs, nous essayons de les faire goûter à autre chose qu'à leur drogue. Mais pour cela, il faudrait qu'il tiennent en place 5 minutes. Pour la plupart, c'est donc trop tard. Pour ceux-là, il faudra un sevrage progressif, un entraînement rigoureux au silence et à l'immobilité, au geste intelligent autre que la passe de foot qui les transformera en Maradomilliardaire..

Donc, ne voulant rien faire d'autre que ce qu'ils veulent bien faire, c'est à dire rien, ils n'apprennent rien. Partant, pas à se canaliser ni à se guider. Donc à rien accepter qui vienne de l'intérieur et consentir à l'intégrer dans son comportement. Aucune loi que mon plaisir.

La jungle n'est pas un milieu facile pour eux, car la loi du plus puissant s'appliquera à eux aussi tôt ou tard.

Eux aussi, après avoir vénéré la fougue du rappeur en costar doré qui prône la casse, le viol, les dollars, la castagne, la sape, les dollars, la violence, les filles, les dollars, la came, le casino, la mafia, eux aussi passeront à la moulinette de la drogue, de la prostitution et de la violence.

On en a d'ailleurs un exemple hilarant ici  14:15 où l'animateur, envoyé par on ne sait qui, pour tenter de faire rejouer aux enfants une scène de violence, dans une " mise en situation", se fait bouler lui aussi par des petits malappris, pourceaux mal léchés, à qui il ne manque que quelques tartes pour en atteindre le niveau. Il y en a qui n'ont pas compris que la non-violence et la démocratie, c'est ce qu'il y a de mieux pour ceux à qui on a appris la non-violence et la démocratie. Pour les autres, c'est " Assis, silence, tu écoutes et tu obéis ".

On voit bien d'ailleurs aux USA, qui ont toujours quelques années de décalage (je rappelle que le premier Macdo a ouvert en 1955) qu'ils en reviennent là.

A l'inverse, on se défie bien entendu d'une lignée d'individus dociles, bien dressés au consensus sans choix, qui fasci-ne les amis de l'uniformisation cybernétique. Peut-être pourrait-on dire, dans une vision marxiste, que le viol de la masse des impuissants par les quelques psychopathes qui les dominent par l'argent via la police se produit à peu près de la même façon, sous des tournures en apparence très différentes.

Alors il y a peut-être un avenir pour l'éducation française, quelque chose qui tiendrait de l'uniformité militaire et de l'ignorance crasse, un établissement scolaire où l'élève serait enfin pris en compte dans toute sa nullité, où tout ressemble à tout, et surtout à rien, et où les leçons de grammaire ressemblent à cela

Le problème, c'est que maintenant, vous n'avez plus le choix. Vous allez vers ça aussi sûrement que le  Titanic à l'iceberg. Je vous souhaite bonne chance, moi je rame dans l'autre sens pour m'éloigner du centre du séisme.

Il paraît que c'est parce que les enfants sont " fatigués". Je les ferais venir à pied à l'école, au lieu de les déposer devant la grille avec le 4x4 diesel à crédit, ça les userait un peu.

Un an après, je reprends ce billet pour le mettre à jour. Suite au bordel innommable mis par les enfants pendant les TAPs, la "référente" (contremaître des animateurs) est venue " recadrer". Résultat : elle n'a pas réussi à obtenir le silence :D

Pas plus qu'en début d'année pour la séance inaugurale... :D

" Faut que ce soit un moment de plaisir partagé, tu comprends". La version " partouze " de l'éducation : D 

Quelle bande de branleurs...

Sinon, j'aime bien ça aussi :

" Le Lycée XXX d'Orléans est en recherche d'un ou d'une plasticienne pour une intervention ponctuelle en mars.

Ils travaillaient pour le moment avec une compagnie de théâtre du nom de XXX que nous connaissons bien. La Compagnie XXX est intervenue sur une journée en mode spectacle de rue. Les profs avaient simulé une alerte incendie et la compagnie a débarquée.. (sic). L'enjeu étant pour les profs d'aider les jeunes à comprendre le rôle des artistes en utilisant ce moment comme matériel...

Ils souhaitent une intervention de ce type autour des arts plastiques, donc plutôt performative. " 

Ils cherchent pas une compagnie de pompiers pour se mettre en carré dans la cour et simuler une enculade générale, afin d'aider les jeunes à apprendre les fractions ?

Heureusement, il y a France Culture pour nous aider. On a l'émission " 30 secondes pour méditer ", avec Christophe André, principal contributeur des magazines féminins, star de la paix intérieure sur papier glacé à 5 euros.

En 2015, on avait Onfray, en 2016 on a Christophe André. En 2017, on devrait avoir Garcimore.

Encore une fois, personnellement, je m'en contrefous :D Que de jeunes fauves mal dressés vous bouffent psychiquement pour assouvir leurs instincts, que votre civilisation s'écroule sur place, cela m'est totalement indifférent".

Et pourtant, c'est un vrai, un authentique poète. Il écrit les choses les plus touchantes, et son être est comme l'assiette fêlée. Alors, a-t-on " cassé " ces gens là ?

Don't let me be misunderstood. Il ne s'agit pas de prêcher un retour à je ne sais quel âge d'or. Il s'agit de trouver à la république laïque les nouveaux termes dans lesquels faire comprendre ses enjeux, avant qu'elle n'en soit dépossédée par le trio consumérisme-fascisme-religion.

Le compte à rebours, a hélas, et comme dans tous les mouvements historiques, commencé avant qu'on ait les moyens de s'en rendre compte.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire